• Le sommeil

    Le Sommeil

    Le sommeil est une perte de conscience du monde extérieur, accompagnée d'une diminution progressive du tonus musculaire, survenant à intervalles réguliers. L'alternance veille-sommeil correspond à l'un des cycles fondamentaux chez les animaux : le rythme circadien. Chez l'homme, le sommeil occupe près d'un tiers de sa vie.

    Le sommeil se distingue de l'inconscience (ou coma) par une absence d'abolition des réflexes et par la capacité que la personne endormie a d'ouvrir les yeux et réagir à la parole et au toucher.

    Lithographie, imprimée de 1848, représentant une jeune fille endormie
     

    Phases de sommeil

    Chez des individus, lors d'une nuit, 4 à 5 cycles de sommeil de 90 minutes peuvent se suivre, lesquels se composent de cinq phases distinctes. Les quatre premières phases correspondent au Sommeil à Ondes Lentes (SOL), les mesures électriques étant très faibles.

    Sommeil léger

    Le sommeil léger correspond aux phases 1 et 2 : l'activité électro-encéphalique est faible, et le sujet est assoupi, bien qu'un stimulus quelconque soit en état de le réveiller. Le sommeil léger correspond environ à 51% du total du temps de sommeil.

     

    Sommeil profond

    Le sommeil profond correspond aux phases 3 et 4 : l'activité électrique est plus faible que pendant le sommeil léger, et les signes vitaux se ralentissent tout en devenant réguliers. C'est à ce moment qu'ont lieu les divisions cellulaires et la production de l'hormone de croissance, d'où l'importance du sommeil chez l'enfant. Le sommeil profond correspond environ à 25% du temps total de somme

     

    Sommeil paradoxal

    Au contraire des autres phases, l'activité électrique du cerveau, des yeux et des muscles est très importante lors du sommeil paradoxal. La personne endormie semble être en état de veille, et peut se réveiller très rapidement. Cette phase se répète toutes les 45 à 90 minutes, en particulier lors du sommeil matinal. Des études scientifiques ont montré que la privation de sommeil paradoxal chez l'animal aboutit à sa mort dans le mois suivant, sans pouvoir toutefois expliquer ce phénomène. Le sommeil paradoxal correspond environ à 25% du temps total de sommeil.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :