• Voir la galerie

    votre commentaire
  • 1998
    le 15 octobre

    Viagra

    Le Viagra, pilule contre les troubles de l'érection, est mis en vente dans les pharmacies françaises. Il provoque quelques morts suite à des problèmes cardiaques et de nombreuses ruptures de couples. Les hommes à la vigueur retrouvée désirent bien souvent le tester en dehors du foyer. Son démarrage en France est foudroyant. Difficile pour les autorités de lutter contre la vente illicite de cette "pilule miracle".


    votre commentaire
  • 1900
    le 14 octobre

    La part du rêve

    Publication de 'L'Interprétation des rêves' de Sigmund Freud. Il pose les bases d'une nouvelle science : la psychanalyse. Il pense pouvoir soigner les "troubles mentaux" par l'explication des rêves. Selon lui ils ne sont que l'expression refoulée du subconscient et de l'inconscient de l'homme. La référence à une part non maîtrisée de l'esprit est une véritable révolution. Elle vaut bien, dans le bouleversement des valeurs, les révolutions copernicienne et darwinienne.


    votre commentaire
  • 1307
    le 13 octobre

    La malédiction des Templiers

    Le roi de France Philippe le Bel fait arrêter les Templiers du royaume et confisque leurs biens. Les 140 membres du Temple de Paris sont soumis aux pires tortures par les inquisiteurs dominicains : les aveux ignominieux pleuvent. On soupçonne le roi de lorgner surtout sur le trésor de cet ordre religieux militaire qui s'est mué, avec le temps, en véritable "banque" des puissants. Leur réseau est à l'échelle du continent et s'appuie sur de prospères et nombreuses possessions. L'ordre fondé en 1119 pour protéger la Terre sainte paie aussi la perte de Jérusalem et la fin du royaume latin d'Orient. Il n'a plus de réelle justification à son existence, à son pouvoir et à sa richesse. Le pape d'ailleurs le supprime en 1312. La malédiction qu'aurait proféré le grand maître du Temple Jacques de Molay sur son bûcher parisien contre le pape et la monarchie française, alimente la légende de cet ordre affectionnant le secret et sert de base aux 'Rois maudits' de Maurice Druon.

     

    1999
    le 13 octobre

    Se pacser

    Le 13 octobre, le Parlement adopte définitivement la proposition de loi créant le pacte civil de solidarité. Le Pacs permet à deux personnes de même sexe ou, pour la première fois, à deux personnes de sexe différent d’organiser leur vie commune. Les avantages du Pacs sont toutefois essentiellement financiers.


    votre commentaire
  • Les Souhaits Ridicules

    de Charles Perrault



    Si vous étiez
    moins raisonnable,
    Je me garderais bien de venir vous conter
    La folle et peu galante fable
    Que je m'en vais vous débiter.
    Une aune de Boudin en fournit la matière.
    Une aune de Boudin, ma chère !
    Quelle pitié ! c'est une horreur
    S'écriait une Précieuse,
    Qui toujours tendre et sérieuse
    Ne veut ouïr parler que d'affaires de coeur.
    Mais vous qui mieux qu'âme qui vive
    Savez charmer en racontant,
    Et dont l'expression est toujours si naïve,
    Que l'on croit voir ce qu'on entend ;
    Qui savez que c'est la manière
    Dont quelque chose est inventé,
    Qui beaucoup plus que la matière
    De tout Récit fait la beauté,
    Vous aimerez ma fable et sa moralité ;
    J'en ai, j'ose le dire, une assurance entière.

    Il était une fois un pauvre Bûcheron
    Qui las de sa pénible vie,
    Avait, disait-il, grande envie
    De s'aller reposer aux bords de l'Achéron :
    Représentant, dans sa douleur profonde,
    Que depuis qu'il était au monde,
    Le Ciel cruel n'avait jamais
    Voulu remplir un seul de ses souhaits.

    Un jour que, dans le Bois, il se mit à se plaindre,
    À lui, la foudre en main, Jupiter s'apparut.
    On aurait peine à bien dépeindre
    La peur que le bonhomme en eut.
    Je ne veux rien, dit-il, en se jetant par terre,
    Point de souhaits, point de Tonnerre,
    Seigneur demeurons but à but.
    Cesse d'avoir aucune crainte ;
    Je viens, dit Jupiter, touché de ta complainte,
    je faire voir le tort que tu me fais.
    Ecoute donc. Je te promets,
    Moi qui du monde entier suis le souverain maître,
    D'exaucer pleinement les trois premiers souhaits
    Que tu voudras former sur quoi que ce puisse être.
    Vois ce qui peut te rendre heureux,
    Vois ce qui peut te satisfaire ;
    Et comme ton bonheur dépend tout de tes voeux,
    Songes-y bien avant que de les faire.

    À ces mots Jupiter dans les Cieux remonta,
    Et le gai Bûcheron, embrassant sa falourde,
    Pour retourner chez lui sur son dos la jeta.
    Cette charge jamais ne lui parut moins lourde.
    Il ne faut pas, disait-il en trottant,
    Dans tout ceci, rien faire à la légère ;
    Il faut, le cas est important,
    En prendre avis de notre ménagère.
    Ça, dit-il, en entrant sous son toit de fougère,
    Faisons, Fanchon, grand feu, grand chère ;
    Nous sommes riches à jamais,
    Et nous n'avons qu'à faire des souhaits.
    Là-des jus tout au long le fait il lui raconte.
    A ce récit, l'Epouse vive et prompte
    Forma dans son esprit mille vastes projets ;
    Mais considérant l'importance
    De s'y conduire avec prudence :

    Blaise, mon cher ami, dit-elle à son époux,
    Ne gâtons rien par notre impatience ;
    Examinons bien entre nous
    Ce qu'il faut faire en pareille occurrence ;
    Remettons à demain notre premier souhait
    Et consultons notre chevet.
    Je l'entends bien ainsi, dit le bonhomme Blaise ;
    Mais va tirer du vin derrière ces fagots.
    À son retour il but, et goûtant à son aise
    Près d'un grand feu la douceur du repos,
    Il dit, en s'appuyant sur le dos de sa chaise :
    Pendant que nous avons une si bonne braise,
    Qu'une aune de Boudin viendrait bien à propos !
    À peine acheva-t-il de prononcer ces mots
    Que sa femme aperçut, grandement étonnée,
    Un Boudin fort long, qui partant
    D'un des coins de la cheminée,
    S'approchait d'elle en serpentant.
    Elle fit un cri dans l'instant ;
    Mais jugeant que cette aventure
    Avait pour cause le souhait
    Que par bêtise toute pure
    Son homme imprudent avait fait,
    Il n'est point de pouille et d'injure
    Que de dépit et de courroux
    Elle ne dît au pauvre époux.
    Quand on peut, disait-elle, obtenir un Empire,
    De l'or, des perles, des rubis,
    Des diamants, de beaux habits,
    Est-ce alors du Boudin qu'il faut que l'on désire ?
    Eh bien, j'ai tort, dit-il, j'ai mal placé mon choix,
    J'ai commis une faute énorme,
    Je ferai mieux une autre fois.
    Bon, bon, dit-elle, attendez-moi sous l'orme,
    Pour faire un tel souhait, il faut être bien boeuf !
    L'époux plus d'une fois, emporté de colère,
    Pensa faire tout bas le souhait d'être veuf,
    Et peut-être, entre nous, ne pouvait-il mieux faire :
    Les hommes, disait-il, pour souffrir sont bien nés !

    Peste soit du Boudin et du Boudin encore ;
    Plût à Dieu, maudite Pécore,
    Qu'il te pendît au bout du nez !
    La prière aussitôt du Ciel fut écoutée,



    Et dès que le Mari la parole lâcha,
    Au nez de l'épouse irritée
    L'aune de Boudin s'attacha.
    Ce prodige imprévu grandement le fâcha.
    Fanchon était jolie, elle avait bonne grâce,
    Et pour dire sans fard la vérité du fait,
    Cet ornement en cette place
    Ne faisait pas un bon effet ;
    Si ce n'est qu'en pendant sur le bas du visage,
    Il l'empêchait de parler aisément,
    Pour un époux merveilleux avantage,
    Et si grand qu'il pensa dans cet heureux moment
    Ne souhaiter rien davantage.
    Je pourrais bien, disait-il à part soi,
    Après un malheur si funeste,
    Avec le souhait qui me reste,
    Tout d'un plein saut me faire Roi.
    Rien n'égale, il est vrai, la grandeur souveraine ;
    Mais encore faut-il songer
    Comment serait faite la Reine,
    Et dans quelle douleur ce serait la plonger
    De l'aller placer sur un trône
    Avec un nez plus long qu'une aune.
    Il faut l'écouter sur cela,
    Et qu'elle-même elle soit la maîtresse
    De devenir une grande
    Princesse
    En conservant l'horrible nez qu'elle a,
    Ou de demeurer Bûcheronne
    Avec un nez comme une autre personne,
    Et tel qu'elle l'avait avant ce malheur-là.

    La chose bien examinée,
    Quoiqu'elle sût d'un sceptre et la force et l'effet,
    Et que, quand on est couronnée,
    On a toujours le nez bien fait ;
    Comme au désir de plaire il n'est rien qui ne cède,
    Elle aima mieux garder son Bavolet
    Que d'être Reine et d'être laide.

    Ainsi le Bûcheron ne changea point d'état,
    Ne devint point grand Potentat,
    D'écus ne remplit point sa bourse,
    Trop heureux d'employer le souhait qui restait,
    Faible bonheur pauvre ressource,
    A remettre sa femme en l'état qu'elle était.

    Bien est donc vrai qu'aux hommes misérables,
    Aveugles, imprudents, inquiets, variables,
    Pas n'appartient de faire des souhaits,
    Et que peu d'entre eux sont capables
    De bien user des dons que le Ciel leur a faits.


    votre commentaire